Merci la vie❤❤❤❤

Merci la vie❤❤❤❤

« 21 heures. Ils montent dans leurs chambres, avec un grand « good night » et le sourire aux lèvres.

Cela fait plus de deux ans que nous vivons les mêmes instants, que nous échangeons les mêmes phrases routinières avec nos invités venus d’Afrique.

Et pourtant…

Pourtant, j’ai à chaque fois le cœur qui chavire, la gorge qui me serre. C’est le sentiment de vivre des moments d’exception. D’avoir le privilège, à travers eux, de découvrir la quintessence du monde d’aujourd’hui.

Cette prise de conscience, à chaque fois renouvelée, n’est-ce pas ce qui nous rend littéralement accros à notre engagement d’hébergeurs d’amigrants ?

Je pense que nous sommes tous conditionnés par notre histoire familiale. Nous sommes tous, à des degrés divers, certes, aliénés aux valeurs de notre société de consommation, rassurés par notre bien-être matériel, aveuglés par l’impression de sécurité que nous confère notre régime jusqu’ici démocratique… C’est ainsi que la réalité profonde du Monde nous échappe…

Mais lorsque nos amis sont là, affairés aux fourneaux ou partageant notre table, nous sautons allègrement les barrières de la langue, les frontières nationales embarbelées, les accords de Dublin, les contrôles de Frontex… Nous plongeons simplement dans le même bain d’Humanité.

« Humanité ». Des pages entières ne suffiraient pas à la définir. Elles ne pourraient traduire tout ce que ce mot implique de culture, de vécu personnel, d’émotions, de relations, d’inconscient, de joie, de peines, de souffrance. Toutes choses qu’à leur contact nous percevons sans qu’elles soient vraiment dites, sinon à demi-mot…

Les rares propos que nous échangeons ont suffi à réveiller notre admiration sans borne à leur égard, comme notre honte d’être Européens. Honte aussi d’appartenir à un monde qui délègue son humanité aux seuls humanitaires.

Ce « Good night » lumineux aux accents amhariques me ramène à l’esprit cette idée de « Mondialité ». Cette nouvelle réalité naissante qui s’oppose à la Mondialisation bien qu’y trouvant ses racines. Elle y fait irruption, en ébranlant les dogmes économiques, l’immanence du numérique, le pouvoir absolu du profit, par une résurgence de plus en plus perceptible de l’Humain.

Cette « Mondialité » pourra-t-elle un jour transcender la Mondialisation ?

Nos hôtes venus d’Afrique, démunis et vulnérables, attestent chez nous que le monde auquel nous n’osions plus croire, est vraiment possible. Ils le veulent avec nous. Nous l’expérimentons ensemble.

C’est un véritable acte d’espérance.

Je fais le vœu que 2020 nous introduise toujours plus dans ce monde-là ! »