Alors que quand on met un visage sur ce monde, on se rends compte que l’on se regarde dans un miroir et l’on se rencontre, et l’on donne et partage tellement facilement.

Nous voilà tous réunis après une très courte nuits, et une journée forte en émotions.

En effet à 4h30 du matin appel inconnu. La police de Liège pour m’avertir que deux de mes habitués étaient en détention à l’hôtel de police de Liège, pour avoir voyager dans un train sans ticket.
Etant mineur, et ayant mon numéro de tel sur elles, ils m’ont appelés pour me prévenir.
Très aimable et calme au téléphone ils me donnent les informations nécessaire pour que je comprenne la situation.
Du fait je suis tout à fait éveiller et un peu démuni, j’envoie vite quelques messages aux personnes qui pourraient me renseigner dès qu’elles se réveilleront et puis j’ai Katel en mp, et nous nous consolons toutes les deux et nous nous remontons le moral à presque 5 h du matin.
C’est juste énorme cette plateforme, de rencontres que nous faisons, de la bienveillance qui nous anime tous ici, et cette solidarité, cette amour pour l’autre quelque soit la couleur, la provenance, la religion etc… On s’en fait – on veut leur bien leurs sécurité.
On attends des nouvelles, ah oui, ça nous apprends la patience, la bienveillance, le savoir vivre et surtout la possibilité d’ouvrir son coeur grands – grands – grands et a déverser cette amour qui nous est tellement naturel mais qu’on essaye de nous faire oublier et de la remplacé par la haine et la peur de soi de l’autre et du monde entier.
Alors que quand on met un visage sur ce monde, on se rends compte que l’on se regarde dans un miroir et l’on se rencontre, et l’on donne et partage tellement facilement.

Bon du coup me voilà appelé par le service de tutelle qui veut savoir si je peux m’occuper des ces trois petits choux à la crème, OUI, évidemment et je saute dans ma voiture fonce jusuq’à Liège et rencontre l’officier de police qui me dit que d’être face à trois charmants jeunes polis, sympa, discret, non violent c’est un plaisir, et à ce moments là il fait le maximum pour que cela se passe bien. Qu’il n’aimerait vraiment pas être à la place de ses collègues de Bruxelles, qui reçoivent des ordres de plus hauts complètement démesuré et que si ils refusent, ils se font suspendre…

On se sert la main on se dit au revoir et je reprends mes trois amis et nous repartons au plus vite pour arriver “home sweet home.”

Sur la route les larmes roulent, le silence ce fait et je me dis : la musique atténue les peines! et je mets la radio… et là nous entendons Ayo, désespéré qui chante « Down on my knees I am begging you, please don’t leave me… » Et B. 15 ans me dit « She begs on her knees to be loved and me I beg on my knees, please let me go to England » et là explosions de rire de la part de tous dans la voiture…
Elles et il sont à l’abris ce we au chaud et relaxe mais pour combien de temps encore et quels sont les possibilités…

Cela devient complexe que faut-il leur conseiller? Comme je n’ai pas la réponse je vais juste créer un environnement pleins d’amour et de chaleur. C’est déjà ça.
Merci Mehdi Adriana Samir Katel et tous ceux qui ont été là pour me soutenir et me répondre à mes incertitudes.
Vnous sommes formidable.