Nous en sommes là… Héberger pour leur éviter l’enfermement

« T’inkte pas. Je suis chez Sébastien. Merci bocoo Catill. »
Le message de J reçu cette nuit. Un autre hier soir de O., un de nos amis soudanais: « I’m know in my dear Brixle ».
Le petit mot de Céline qui a relogé T dans deux nouvelles familles pour le wk. Et l’échange à l’aube avec Yza, une autre Hebergeuse qui tentait d’avoir des nouvelles de deux de ses invitées de 15 et 17 ans. La police vient de la prévenir. Ses très jeunes amies sont détenues jusque ce soir en attendant une décision de l’office des étrangers.
Nous en sommes là… Héberger pour leur éviter l’enfermement.
A tous ceux qui me demandent si je n’ai pas peur en les accueillant à la maison, je rétorquerais que je n’ai pas peur de ces petits gars courageux et respectueux.
Que la solidarité initiée par la plateforme me permet de rencontrer de très belles personnes jour après jour et que c’est réjouissant !
Je dirais aux bien pensants, aux timorés, aux donneurs de leçons (« mais quand même, pense à protéger tes enfants, hein ») que mes enfants rêvent maintenant de découvrir le monde, d’apprendre plusieurs langues et me réclament du rire épicé 🙂.
Que les messages de mes amis soudanais, érythréens, éthiopiens, algérien et marocain me donnent l’intime conviction que nous ne pouvons que nous serrer les coudes. Plus que jamais !
Nous offrir du repos aussi entre deux accueils pour tenir la distance. Relayer encore et encore.
Sur ce, dernier jour de la semaine. Bon courage à toutes et tous. Que votre journée soit belle, pétillante et pleine d’espoirs ! 🙂🍀