Je ne connais rien du passé de ces 3 gars mais comme j’aimerais connaître leur avenir, les savoir en sécurité…  je ne saurai pas

S’il faut le faire, je le fais…

Pas envie pourtant…  et puis ma fille me dit : dis-le, papa…  dans l’espoir que certains de mes contacts soient interpellés et fassent pareil, tu devrais !

Alors oui, cette nuit, j’ai accueilli 3 Migrants, soudanais et…  tout s’est très bien passé. Je ne connais rien du passé de ces 3 gars mais comme j’aimerais connaître leur avenir, les savoir en sécurité…  je ne saurai pas.

Ce matin, en claquant ma porte, je me suis dit que j’avais beaucoup de chance d’avoir un toit, que mes enfants en aient un… mais qui peut me dire, que, si un jour, j’ai des petits-enfants, ils ne seront pas obligés, eux aussi, d’abandonner famille, biens et tout leur passé, pour se protéger ou du moins espérer se protéger ?

Puis devoir dormir, dans un parc, en étant sous la menace des sbires de « Mister T », qui viennent, aux petits matins, les arrêter, confisquer et détruire le peu de biens ou de souvenirs qu’ils traînent dans un petit sac… être constamment « perdus » dans un pays qui ne leur veut pas que du bien et ne demande qu’à les expulser, au péril de leurs vies ? 

Personne ne pourra me le dire…  

Quelles que soient la couleur de la peau, la nationalité, la conviction religieuse, ça pourrait arriver à nos descendants…  et si pas, mettons-nous, quelques instants, à leur place…  pour tenter de comprendre ce qu’ils vivent et faisons ce que nous pouvons mais certainement pas nous cacher dans l’indifférence.

Il faisait froid et très brumeux, ce matin… comme ça doit être dur, de « dormir » dans un parc